Pages

vendredi 1 décembre 2017

SPEEDKRITIK 1409 "Tarde para la Ira aka La Colère d'un homme Patient" (2016) R. Arévalo



Le cinéma Espagnol confirme sa trés bonne forme avec ce premier film certe imparfait  mais qui vous tient par les corones et vous prend aux tripes jusqu'à la fin. Tous les acteurs sont bons et ont de vraies tronches. Avec un A. de la Torre ( le flic malsain de "Que Dios nos Perdone" SK 1327) toujours aussi profond. Du polar noir banlieusard sans chichi. Une bombinette pour un premier film. A voir.


SPEEDKRITIK 1408 "Midnight runners" (2017) Joo-hwan Kim



On prend 2 starlettes, beaux gosses des séries TV pour être sur de faire le buzz avec le film. Rien de neuf (par rapport aux claques du cinéma Coreén) mais c'est carré et efficace. Du "Buddy movie" à la sauce coréenne avec tous les clichés que l'on attend: de vrai gros moments de baston, mais aussi de drame, de légèreté comme seul ce cinéma est capable. Pour passer un bon moment.
speedkritiks.blogspot.fr





vendredi 24 novembre 2017

SPEEDKRITIK 1407 Atomic Blonde (2017) D. Leith



Le film devrait s'appeler "Atomic Bouse" mais c'était moins vendeur. Une C. Theron plus rock que dans la pub Dior qui se fait démonter, ensuite déboiter puis massacrer avec une scène de lesbienne au milieu, le tout monter comme des clips avec la musique ringarde des 80... On a l'impression de voir des répètes de cascadeurs filmées pendant 2 heures surtout que dés le premier 1/4 d'heure on a compris qui était le traitre. Cela peut plaire mais c'est juste insupportable, un peu comme un torture porn mais consentant. A fuir.
https://speedkritiks.blogspot.fr


SPEEDKRITIK 1406 "The Battleship Island" (2017) Seung-Wan Ryoo



Bon cela en devient fatiguant, mais le nouveau Seung-wan est encore une méga claque: on lui doit entre autre "the city of Violence"2006, "The unjust" 2010_SK684, "The Berlin File" 2013_SK913, "Beterang 2015_SK1310. Essayer d'imaginez un film qui retrace l'histoire vraie d'une bataille entre Japonais et Coréens dans une prison au milieu de de la mer pendant la Seconde guerre mondiale... Du gros spectacle pour grand public, préparez-vous au rollercoaster des émotions avec un Jung-min Hwang toujours aussi bon. Par contre la reutilisation de "the ecstacy of gold"de E. Morricone pour les Coréens est peut être louable et nouveau, mais cela nous faire sortir de la scène, on cherche C. Eastwood (dommage) mais on est de nouveau submergé par l'action et la réalisation impressionnante.
https://speedkritiks.blogspot.fr


samedi 11 novembre 2017

SPEEDKRITIK 1405 "Wind River" (2017) T. Sheridan



Comment retranscrire la puissance de ce film???  Une image au début qui marque votre subconscient l'air de rien (le corp de la victime). Puis tout se déroule comme un polar classique dans le fond (aux raisonnances sociales) et la forme avec un rythme assez lent. Tout ce petit monde nous introduit dans l'univers des ces Indiens d'Amérique complètement délaissés avec une B.O subtile. Mais le dénouement  simple et efficace (qui est l'explication de cette image qui est encrée en vous) vous explose à la figure et vous emporte comme un tsunami. Grosse grosse claque.
https://speedkritiks.blogspot.fr




mardi 10 octobre 2017

SPEEDKRITIK 1404 "Dupont Lajoie" (1975) Y. Robert.



Ils sont tous là (spéciale dédicace à V. Lanoux qui fait passer la famille Lepen pour des Mickey et une I. Huppert superbe),  même J. Villeret dit 2 mots. Du cinéma français qui osait traiter de la société française sans pudeur, avec son racisme ambiant (le même depuis toujours). Encore la preuve que la production d'aujourd'hui est pauvre; entre comédie mièvre et drame de bobo. Un film d'une actualité surprenante (pour d'autres raisons) A redécouvrir. 


jeudi 5 octobre 2017

SPEEDKRITIK DISK 5 "Human" (2016) A. Amar



Aprés une trop longue absence SK Disk is back avec une bombe immédiate. A. amar ("Home"2009) comme à son habitude nous offre une tuerie. Un disque avec rien à jeter (ce qui est rare) où chaque morceau vous emporte dans des pays lointains. Il vous suffit juste de fermer les yeux et c'est le décollage en douceur. Dommage que la version Vinyl n'existe pas, le micron sillon aurait sublimé cet album. A écouter de toute urgence.


SPEEDKRITIK 1403 "Bushwick (2017) J. Milott & C. Murnion



Dans le genre "film de guerre urbaine" les 2 real s'en sortent pas trop mal. Même si le principe du film  en plan séquence ne tient pas 2mn tellement les raccords sont grossiers (merci les marches d'escalier et poteaux au premier plan) . On sent parfois le manque de moyens, surtout pour la scène finale. Au moins on se rend compte que D. Bautista peut faire beaucoup mieux que de rire comme un con tout peint en vert. Leur premier film "Cooties" (2015_SK1216) est largement plus malin et réussi. A voir tout de même pour l'énergie de l'ensemble.
https://speedkritiks.blogspot.fr


mardi 3 octobre 2017

SPEEDKRITIK 1402 "The hitman's Bodyguard" (2017)



Et voila tout le contraire avec du cinéma d'action vulgaire (dans le fond et la forme) qui se la pête. R. Reynolds joue le même rôle que Deadpool sans masque. C'est sympa jusqu'a l'arrivée de S. L. Jackson en roue libre, insupportable. Même mon fils fan de call of duty a trouvé ça sans intéret et chiant. A fuir


SPEEDKRITIK 1401 "El Bar" (2017) A. de la Iglesia



Donc je confirme, le cinéma espagnol est en grand forme (après "Que Dios nos Pardone"_SK1327 et "Toro"_SK1389) avec la nouvelle claque totale du real qui nous avait defoncé avec son "Balada Triste"_SK531). Donc encore une direction d'acteur parfaite (M. Casas la nouvelle star est méconnaissable), un scénar surprenant qui tient la route. un montage au couteau. Comme quoi on peurt faire d'un huis-clos, du grand cinéma qui décoiffe. A voir sans compter.
https://speedkritiks.blogspot.fr