Pages

vendredi 19 octobre 2018

SPEEDKRITIK 1488 "Everest" (2015) B. Kormakur


Une SK oubliée dans les tiroirs. Donc tout comme son dernier film "A drift", une histoire vraie incroyable mise en scène de façon ultra classique avec des superstars (J. Gyllenhaal est parfait comme d'hab) et des violons pour vous faire chialer. Encore une fois l'histoire est plus forte que le film. C'est bien fait, c'est boooo mais cela n'arrive pas à la cheville du "The Himalayas" (2015_SK 1252) de Lee Seok-Hoon. Un bon petit film du dimanche soir en famille.


SPEEDKRITIK 1487 "A Drift" (2018) B. Kormakur


Un film ultra classique dans la forme pour une histoire vraie incroyable qui tient sur les épaules d'un petit bout de femme (l'actrice est parfaite). C'est propre, c'est booooo et bien fait, mais le choix narratif de couper la continuité narrative par de nombreux flashback casse la notion de solitude et de l'exploit. Un bon petit film du dimanche soir en famille.




jeudi 18 octobre 2018

SPEEDKRITIK 1486 "The Invitation" (2015) K. Kusama


Un huis-clos entre amis qui se retrouvent pour un motif peu crédible; mais hormis ce detail, l'ambiance pesante et malsaine ne cesse de monter pour vous serrer à la gorge et exploser de façon crédible à la fin. C'est propre et les acteurs sont bons (L. Marshall-Green vu dans "Upgrade"_SK 1483) remporter encore la palme. Une affiche qui résume parfaitement le film et une réalisatrice avec des corones. Impatient de voir son dernier film avec N. Kidman "Destroyer". Donc à voir.


mercredi 17 octobre 2018

SPEEDKRITIK 1485 "Ghost Stories" (2017) J. Dyson & A. Nyman




Comment qualifier cette petite bombe made in Britain?  Un film d'horreur poético-humoristique qui te déboite la face ou un film humoristique d'horreur poétique? ... Qui de toute façon te déboite la face (vous allez avoir peur) . Des peur classiques vue et revu dans le genre mais traité de façon nouvelles par le biais de 3 histoires qui prennent leur sens en fin de film. La B.A est comme le film: superbe réalisation, très bon acteurs et très malin. Pépite passée inaperçue. A voir (avec des écouteurs). 


jeudi 4 octobre 2018

SPEEDKRITIK 1484 "Hereditary"


Chef d'oeuvre, chef d'oeuvre, chef d'oeuvre, chef d'oeuvre.... On ne dira rien pour ne pas spolier si ce n'est que les acteurs sont énormes: T. Collette bouffe l'écran (quel performance) mais les autres ne sont pas en reste. Que la réalisation est parfaite: chaque cadre est travaillé (même si 2 moments sur la finfont un peu gadget), et dire que c'est un premier film. Et le son... Quel travail sonore (sound design et musique). Quelle claque, quel choc. Le même lorsque j'ai vu l'exorciste au cinéma en 1982. Ne regardé pas la BA si vous voulez prendre le film de plein fouet.


vendredi 28 septembre 2018

SPEEDKRITIK 1483 "Upgrade" (2018) L. Whannell



On revient à du vrai cinéma, et avec une grosse claque d'actioner que personne avait vu venir. Le scénariste de "Saw"(2004), "Dead Silence" (2007) "The mule" (2014_SK1201) tape très fort avec cette relecture d'un robocop 2.0. Le fond n'est pas nouvelle mais la forme mais un coup de pied dans la fourmilière de tous ces films d'actions insipides. Le montage des scène d'action est incroyable, avec un L. Mashall-Green qui bouffe l'écran. Chapeau pour un second essai, du coup cela donne envie de voir son premier film "Insidious: chap 3". La BA spoiled un peu mais quelle énergie et au moins, elle ne ment pas sur la marchandise.


jeudi 27 septembre 2018

SPEEDKRITIK 1482 "Jurrassic World: Fallen Kingdom" (2018) J.A. Bayona


Encore un film qui ne sert à rien si ce n'est pour les truquistes et leur bande démo. Les acteurs ne savent pas quoi dire ni faire tellement le scénario n'est concentré que sur les scènes avec les bêbettes à grosses dents. Son "Lo Impossible" (2012_SK846) était une bombe, son "L'orphelinat" (2007_SK 21) était naze, celui-là est une bouse. 


lundi 24 septembre 2018

SPEEDKRITIK 1481 "Death Wish" (2018) E. Roth


Avec ce film on ne parle  plus de bouse (même si il sent la merde à 10 km) mais de honte tellement le message  pu dans le fond et la forme. Le fond n'est qu'une propagande pour la NRA que le real cautionne sans retenue. La forme  est ridicule avec des meurtres à la "Hostel" qui discrédite le personnage et son deuil. Une honte de reprendre ce titre mythique dont la violence n'arrive même pas à la cheville de la bande annonce de l'original (avec J. Goldblum ) "Un justicier dans la ville" (1974) de M. Winner. Et le pauvre B. Willis n'est qu'une moule face à C. Bronson.



BONUS


samedi 22 septembre 2018

SPEEDKRITIK 1480 "Rendel" (2017) J. Haaja



Ce qui est bien avec les bouses c'est que c'est sans frontières. C'est fois elle est de Finlande, avec un mélange tout pourri entre Batman et Spawn tout pourri, une narration en flash-back pour un suspens sur le mystère que l'on a compris des les premières minutes. Des blagues complètement à côté de la plaque avec une mise en scène qui se la tape.


vendredi 21 septembre 2018

SPEEDKRITIK 1479 "The Hurricane Heist" (2018) R. Cohen


Le championnat du monde des bouses continue avec surement le vainqueur. On mélange 2 genres: le film catastrophe et et le film de braquage. Mais quand tu as 2 histoires à la con, et que tu es une grosse feignasse de réalisateur, tu chies une grosse histoire à la con. Avec des acteurs médiocres sans charismes qui ont du mal à jouer entourés de fonds verts. Du foutage de gueule ridicule à wouatmillions de dollars.Et en prime une affiche bien mensongère.