Pages

vendredi 16 juin 2017

SPEEDKRITIK 1367 "Sultan" (2016) A. Abbas Zafar



Du bollywood classique premier degré (le jeu des acteurs manque de finesse). Malgré les budgets énormes, les productions et les realisateurs ne depensent pas d'argent pour des monteurs. Donc toujours aussi mal monté. Les parties musicales pas terribles. La nouveauté vient du hamster superstar comique bodybuldé S. Khan qui s'essaye au drame. NEXT.


jeudi 15 juin 2017

SPEEDKRITIK 1366 "The Priest" (2015) Jae-hyun Jang



Ou plutôt SK 13666...Une version Coréenne de "L'exorciste" de W. Friedkin (qui reste 45 plus tard toujours la ref inégalée) avec une prête teen pour plaire aux midinettes. Du ultra classique en situation dans un genre qui ne se renouvelle pas avec toujours les mêmes bondieuseries ridicules. Yun-seok Kim est toujours aussi intense dans son jeu mais pas trop credible en cureton. Donc Dispensable.




mercredi 14 juin 2017

SPEEDKRITIK 1365 "SPL 2"



Rien à voir avec le premier (qui était trés bon avec D. Yen et S. Kam-Bo Hung) si ce n'est que J. Wu est rescapé du premier film et est toujours aussi efficace au combat. T. Jaa est encore en pleine forme. Du bon polar noir made in HK (devenu rare depuis le monopole du cinéma Coréen) même si on sent trop parfois trop les cables. Mais les combat sont de haut niveau.  Son "Accident" (2009-SK206) était une bombe. 


mardi 13 juin 2017

SPEEDKRITIK 1364 "Parasyte Part 2" (2015) T. Yamazaki



Le premier (SK1255) était délirent et agréable à regarder malgré le niveau moyen de la réalisation et des acteurs. Mais cela donnait envie de prolonger avec cette part 2. Grosse erreur, les mêmes erreur s que le premier, le délire en moins et c'est chiant. Donc une bouse, bizarrement il s'agit du même réalisateur.




SPEEDKRITIK 1363 "Kung Fu Jungle" (2014) T. Chan



Un sujet tiré par les cheveux: Un psycho killer démonte des maitres de Kung Fu. Un Donnie Yen un peut perdu dans dans des explications à rallonge du pourquoi, du comment et parce que. Un film qui évite le classement bouse gace à la performance en super méchant de B. Wang et l'énergie des combats.