Pages

jeudi 24 mars 2016

SPEEDKRITIK 1297 "No Man's Land" (2013) N. Hao.



Du western urbain qui louche vers du Mad max VS S. Leone assumé (avec l'humour en plus). Une narration implacable qui vous surprend tout le long du film et des acteurs à donf. Malgré une photo en peu trop poussée (à la "Sueurs" de P. Couvelaire_2002), c'est meilleur film chinois depuis "A touch of the Sin" (2013_SK1073) de Z. Jia. Et tous ça sur une seule route. Du trés trés bon.


SPEEDKRITIK 1296 "The survivalist" (2015) S. Fingleton.




Encore un exemple de cinéma vrai, qui ne se la pète pas. Des acteurs qui se donnent sans concessions. Une narration parfaite, un montage et une photo qui rend l'objet envoutant. Un film post-apocalyptique plausible qui fait flipper. Un P.... de premier film et grosse bande annonce. Nos frères ennemis sont toujours au top...Eux



SPEEDKRITIK 1295 "Comme La Lune" (1977) J. Seria.




Et voici tout le contraire,le prob c'est qu'il a presque 40 ans. Du cinéma vivant, osé qui ne se la pète pas. La mise en scéne est simple mais on s'en fout tellement les acteurs rendent la chose vraie. Des dialogues... Des dialogues jouissifs portés par un JP Marielle en pleine forme. Mais bon ça c'était avant.



Ni hao



Désolé pour cette absence prolongée, suite à du boulot de plus de 20 jours en chine, où le network est controlé à mort. Mais le retour en force est làààààà.

SPEEDKRITIK 1294 "Marguerite" (2015) X. Giannoli.



Ben voila on est en plein dedans, du cinéma français momifié qui se regarde mourir. Des acteurs qui jouent aussi mal qu'elle chante (avec des dialogues creux sans rythmes). Une mise en scène poussive et lourdingue (on aura compris qu'elle saoule tout le monde) que le montage ne rattrape pas. La seule chose à sauver est la D.A. et l'interprétation de C. Frot. Amusant que ce film soit la parfaite illustration de son sujet: sélectionné pour les César et personne ne dit rien, tout va bien madame la baronne.