Pages

vendredi 3 avril 2020

SPEEDKRITIK 1652 "Haunt" (2019) S. Beck & B. Woods


Je sais, vous allez me dire"encore une merde de survival teen que l'on a vu 1000 fois". C'est vrai que le sujet est archi bateau, mais cette fois tout est bien amené. Les moments de flippes tombent aux bons moments, les passages gores bien foutus. Les fans du genre seront contents, on ne nous arnaque pas pur une fois. Surprenant de la qualité de ce film quand on a vu leur premier, "Nightlight" (2015_SK 1243), un vraie purge. Donc encourageant.


SK 1651 "Vilains" (2019) D. Berk & R. Olsen



Une trés bonne surprise cette comédie à l'humour trés noir en huis-clos: les cadres sont réfléchis, la direction artistique superbes, les 5 acteurs s'en donnent à coeur joie et sont tous bons. Une pépite qui rate de justesse la catégorie bombe à cause de quelques moments qui trainent en longueur. Et cette affiche horrible et raté (qui en plus donne de fausses informations) a dû repousser plus d'un spectateur.



SPEEDKRITIK 1650 "Perfect Sense" (2011) D. McHenzie



Sortie en 2011. On nous avait prévenu. Regardez la B.A. E. McGregore joue toujours pareil et E. Green est sublime comme d'hab.  L'histoire d'amour est un peu chiante mais le réal c'est filmer et raconter les histoires; pour preuve son "Poing contre les murs" (2013_SK 1074) était une claque. A voir, quand la SF devient réalité, ben, cela fait flipper.


mardi 31 mars 2020

SPEEDKRITIK 1649 "Underverden aka Darkland" (2017) F. Ahmad


Et voici nos amis Danois qui nous reviennent avec une Bombe urbaine. Quand les Danois font dans le genre "Revenge", ça tape fort (dans tous les sens du terme). Un polar ultra violent sans concession qui laisse des traces. En plus c'est bien joué. En plus c'est bien cadré. En plus la photo est à tomber par terre. En plus c'est superbement monté. Donc vous l'aurez compris: Une bombe à voir. Et la B.A défonce.


samedi 28 mars 2020

SPEEDKRITIK 1648 "Detroit" (2017) K. Bigelow


Clairement K. Bigelow n'a plus rien a prouver, c'est une grande réalisatrice: l'apocalyptique "Aux Frontières de l'Aube" 1987; le polar "Blue Steel" 1990; le surestimé "Point Break" 1991, le sous-estimé "Stange Days "1995 et bien sur la bombe "Démineurs 2018_SK 167 et le bon "Zéro Dark Thirthy SK 859. Encore un sujet trés fort avec des acteurs impeccables (W. Poulterest monstrueux d'intensité) et une direction artistique irréprochable, mais la sauce ne prend pas, un rythme bancale avec des passages en images d'archives. On s'ennuie. Et pourtant suis fan.


SPEEDKRITIK 1647 "Annihilation" (2018) A. Garland


Un film de SF branchouille, qui se regarde le nombril avec des FX superbes. Malgré les même qualités que son premier film (SK 1191), dans celui-ci on s'ennuie grave et N. Portman est chiante . Mais le real est un vrai visionnaire. Curieux de voir son 3eme film.


mercredi 25 mars 2020

SPEEDKRITIK 1646 "Alpha" (2018) A. Hughes


En cette période de confinement, Voila un petit survival familial bien ficelé et de qualité. Bon ça ressemble un peu à une prod de National Géographic pour ado mais franchement c'est propre et on ne s'ennuie pas... Et ça c'est important par les temps qui courent. Un cinéma moins pompeux que lorsqu'il le fait avec son frère.




SPEEDKRITIK 1645 "22 Miles" (2018) P. Berg



Vous voulez vous en prendre plein la tronche avec un peu de politique et beaucoup de coups dans la tronche. Voila le film qu'il vous faut, la B.A ne ment pas sur le produit. Rien de neuf, mais s'est ultra propre, on ne s'ennuie pas. Et Iko Uwais ("The Raid 1 & 2"_SK 702 & SK 1032) est toujours aussi impressionnant.  Parfait pour un apres midi enfermé.


mardi 24 mars 2020

SPEEDKRITIK 1644 "6 Underground" (2019) M. Bay


Et voici la super-méga grosse production de Netflix qui écrase tous les actionner du moment et pendant longtemps. Une intro avec une poursuite en voiture incroyable (à l'époque où il y avait du monde dans les rue en Italie) qui vous colle au siège: énorme boulot de montage. Pour le reste c'est du bon sentiment dans le fond (on tue le méchant dictateur) avec des gros bras qui se la pètent. Un discours un peu puant dans la forme (les ralentis sur le peuple qui se fait massacrer, qui courent dans les rue pour la liberté) mais franchement on en prend plein les yeux et les oreilles. En résumé, Netflix sont les rois du monde.


SPEEDKRITIK 1643 "Swallow" (2019) C. Mirabelle-Davis


Ohlalala la bombe qui vous chope sans prévenir. Dés les premiers plans superbes dans leur composition et couleur, on s'est que l'on va voir quelque chose de différent. Pour son premier film, le real tape trés fort avec une direction d'acteurs impeccable: H. Bennett est juste sublime et touchante; elle bouffe l'écran. Une mise en scène qui fait sens (et ça c'est devenu rare). Et une photo à tomber. Grosse Claque.


jeudi 19 mars 2020

SPEEDKRITIK 1642 "1917" (2020) S. Mendes


Depuis "Jarhead (2005) que je vous conseille, apres "Les Sentiers de la Gloire" (2002), que je vous Re-conseille et "American Beauty" (1999) que vous avez vu...  ben c'était pas terrible. Une fois la prouesse  technique du faux plan sequence (où l(on cherche les raccords) dépassée, que reste il du film en lui même? Reste: des acteurs bétons; une reconstitution et direction artistique impressionnante; du son en mode lourd. Malgré ça le film n'arrive pas à la cheville de la tuerie totale "Victoria" (2015_SK 1247). Une grosse machine bien huilée qui vous fait passer un bon moment et vous rappelle que ces hommes ont vécu l'enfer. C'est déjà pas mal.


lundi 24 février 2020

SPEEDKRITIK 1641 "Wedding Nightmare aka Ready or Not" (2019) M Bettinelli-Olpin & T Gillett


2 titres nuls pour un survival en huit-clos à l'humour noir, voir trés noir. Le rythme est soutenu, belle réalisation, c'est bien foutu, trash quand il faut. Peut être que le film aurait été mieux sans cette humour grinçant, mais cela reste une trés bonne série"B"qui ne se prend pas la tête. Tous les acteurs sont à donf; spéciale dédicace à A. MacDowell _superbe_qui cache son image de star des 90' romantique et à S. Weaving qui encore une fois bouffe l'écran (tout comme dans "Mayhem" (2017_SK 1419).


jeudi 20 février 2020

SPEEDKRITIK 1640 "Inuyashiki" (2018) S.Sato


Une adaptation réussie en demi-teinte pour le nouveau manga du créateur de "Gantz". les points positifs: un rythme effréné et des effects de ouf qui mettent la pige à toutes les méga-super productions américaines, et un méchant parfait. Les point Négatifs: un développement trop rapide des personnages, film trop court. Et un jeu moyens des acteurs (tout comme dans son adaptation du 1er opus de Gantz-SK 539). Dommage pourtant son adaptation de "Im A Hero" (SK 1285) était juste parfaite. A voir tout de même pour la folie du sujet, ne vous fier pas à la BA complètement nulle et l'affiche horrible.



Manga





jeudi 6 février 2020

SPEEDKRITIK 1639 "A Score to Settle" (2019) S. Ku


Enfin un film où N. Cocaïne... Pardon, N. Cage n'en fait pas des tonnes. Bonne intro de polar noir urbain et le perso fatigué qui sort de prison va parfaitement àSir Cage. Donc tout roule, on est bien. Et d'un coup le mec mange une chipolata en jouant du piano et tout part en vrille... On retrouve notre grand Nicolas en pleine montée, en roue libre totale. Avec une petite surprise à la fin. Sacré Nicolas.


mercredi 5 février 2020

SPEEDKRITIK 1638 "The Divine Fury" (2019) Joo-hwan Kim



Quand les Coréen reprennent le genre "possession", ils ne font pas les choses à moitié. Donc le prêtre exorciste est aidé par un champion de MMA (avec le pack de 6) qui ne croit pas en Dieu (le père)mais possède les stigmates du Christ (donc du fils) et en plus est sain d'esprit. Il se déplace en ferrari ou combinaison cuire noire pour la moto; et défonce à grand coup de lattes les ghoules, mais elles s'en foutent , elles ne sentent rien. 2 Scènes de possession ultra violentes et un prêtre qui parle italien avec l'accent Coréen; sinon tout le reste poubelle. Trés rare des films Coréen si mauvais.


SPEEDKRITIK 1637 "Fighting With My Family" (2019) S. Merchant


Une comédie British sympathoche sur l'histoire  vraie de la première lutteuse anglaise à intégrer les show de la W.W.E. C'est attendu, plein de bon sentiments mais cela se regarde avec le sourire en coin. Cersei Lannister en lutteuse punk est toujours aussi belle, N. Frost fait du N. Frost. Et comme d'hab avec le cinéma made in England les "petits" rôles ont des vraies tronches.


lundi 3 février 2020

SPEEDKRITIK 1636 "47 Meters Down" (2019) J. Roberts


Petit à petit ce real fait son petit bonhomme de chemin, avec des films certes pas transcendant mais toujours bien foutu: F (2010_SK420), "Storage 24" (SK_901) et bien sur  "47 Meters Down I" (2016_SK 1246), par contre on va oublier son"The Other side of the door (2016 SK_ 1330). Donc il nous refait le même coup que dans le 1... Après une intro nunuche de 20 mn avec cette fois 4 bimbos en maillot de bain 2 pièce qui profite des joies de la plongée avec un méchant requin aveugle; mais il a très très faim puisse qu'il était bloqué depuis des siècles dans une citée Inca engloutie et ne mangeait que des sardines; aveugles aussi... Donc une deuxième partie réussie, avec des moments bien foutus et stressant. Cela se regarde peinard.


lundi 27 janvier 2020

SPEEDKRITIK 1635 "Little Monsters" (2019) A. Forsythe


Tellement plus irrévérencieux, tellement plus drôle, tellement plus original, tellement mieux réalisé que la purge de "Zombieland 2". Un début un peu laborieux (20 mn)  avec un développement personnage insupportable joué à merveille par un A. England qui mérite des méga baffes. Puis l'arrivée de la superbe L. Nyong'o (qui déjà brillait dans le pauvre "Us") lance le film sur une autoroute du délire. Pas parfait, mais un vrai délire entre potes. Pour les fans de "Bad taste" (1987) ou "Black sheep"(2006_SK 520).


SPEEDKRITIK 1634 "Black & Blue" (2019) D. Taylor


Un petit polar sympatoche bourrés de clichés (bien sur une B.O Rap) et sans surprises. Mais le film fait le job avec une N. Harris à fond et un F. Grillo qui pour une fois ne joue pas les sauveurs, mais une enflure de première. Un bon rythme, une belle photo et des décors superbes. Trés chiant les BA qui montrent tout.


mercredi 15 janvier 2020

SPEEDKRITIK 1633 "Chained" (2012) J. Lynch


Ben c'est bien la fille de son père, mais sans le côté onirique et absurde. Elle n'a gardé que sa partie glauque. Un huit-clos à 80% dans une maison de banlieue oubliée. L'horreur d'un fait divers possible parfaitement mise en scène avec encore une fois un V. D'Onofrio monstrueux de puissance. C'est dur et touchant à la fois (le petit Rabbit est trés bon). Grosse erreur de le vendre comme un film d'horreur, car ce film ne trouve pas son public. A ne pas mettre sous tous les yeux.


SPEEDKRITIK 1632 "Cargo" B. Howling & Y. Ramke


Un film de zombie poétique aux tiroirs multiples: l'acceptation du deuil. La transmission entre générations. La folie humaine. L'importance de l'histoire. Tant de sujets traités avec habiletés au milieu des décors Australiens superbes. Une narration cette lente mais crédible (tellement mieux que Zombieland). Une petite perle porté par des acteurs justes; en tête un M. Freeman encore parfait. Trés bon premier film.


mardi 14 janvier 2020

SPEEDKRITIK 1631 "Zombieland: Double Tap" (2019) R.Fleisher


Typique du film qui pense faire la même surprise qu'en 2009 sans se sortir les doigts, et qui accouche d'un produit qui se la pète sans âme, juste pour vous faire bouffer des popcorns. On prend les mêmes acteurs qui s'amusent entre eux avec des dialogues inutiles. Des blagounettes qui font références au premier (donc rien à dire sur le deuxième). La seule vraie bonne surprise est le personnage de Madison (Z. Deutch), qui apporte une bouffée d'air frais et vous empêche de tomber dans l'ennui. Donc  "Zombieland" (2009_SK 130), Bombe. "30mn or Less" '20011_SK 593), sympa. "Gangster Squad" (2013_SK 812), naze. "Venom" (2018_1495), méga bouse. Et le post générique de fin avec B. Murray est inutile. La BA est exactement ce que vous verrez, juste un produit sans saveur pour acteurs qui vont en colonie de vacances.


vendredi 10 janvier 2020

SPEEDKRITIK 1630 "Le Daim" (2019) Q.Dupieux



Tout le monde cri au génie alors que ce film n'est rien, enfin si une grosse arnaque. Le rythme et l'esthétisme sont aussi magnifiques qu'une veste sur un mannequin. Portant grand fan du Mr; mais là, son délire sur la métaphore du milieu du cinéma (assez juste d'ailleurs) sur fond de film d'horreur des 80' est complètement à côte de la plaque (cela ressemble plus à du J. Rollin que du J. Carpenter). Et la blagounette du mec qui se transforme en Daim via des habits en peau du même animal et qui se fait tué par un chasseur se sent à 100 KM. J. Dujardin, l'acteur (surestimé) copain du réalisateur qui aime bien violer les petites filles en les droguant est en roue libre et ne propose rien de neuf. Par contre la vraie surprise vient de A. Haenel qui est monstrueuse de justesse et sauve le film.


mercredi 8 janvier 2020

SPEEDKRITIK 1629 "Au Poste!" (2018) Q. Dupieux


Grand fan de ce réalisateur, chaque film est attendu pour voir comment il va nous surprendre ("Realité"_SK 1286, "Wong Cop"_SK 1061,"Rubber"_SK 413). Encore une fois c'est bien joué, beau travail de réalisation et encore délirant. Mais quand le délire ne se raccroche à rien ou ne permet pas de comprendre le pourquoi, cela dessert le film. "Mais y'a rien à comprendre"... ben de ce cas, si c'est juste pour te faire plaisir, mate ton film tout seul dans ta cave. En tous les cas je n'ai pas compris. A voir pour le numéro d'acteurs... Pour le reste à vous de voir. Et superbe référence aux affiches années 70 et 80 des polars français.




mardi 7 janvier 2020

SPEEDKRITIK 1628 "Ni Juge, Ni Soumise" (2017) J. Libon & Y. Hinant




Mes chers amis, il faut faire l'effort de voir ce documentaire. Il faut aimer le délire "Strip-tease" l'émission culte de nos voisins Belge; mais qui ne l'aime pas?  Faire oublier la caméra à ce point est une chose rare (avec le maitre R. Depardon), ce qui nous met dans une position de voyeur coupable. Tout est à la fois loufoque, grave, touchant, embarrassant, révoltant. La juge en fait des tonnes mais c'est le rôle de sa vie. Et celle petit musique...Que c'est bon. A ne rater sous aucun prétexte.



SPEEDKRITIK 1627 "Buster's Mal Heart" (2016) S. Adina Smith


Une approche poétique d'une maladie mentale (que je vous laisse découvrir pour ne pas spolier) avec un R. Malek habité. Comme quoi s'il est bien dirigé, que l'on ne lui impose pas des lunettes de soleil et une moustache, Mr Malek est trés bon. De superbes cadres qui ne chassent pas l'ennui et la perte du spectateur dans la narration compliquée. Mais c'est beau.  




lundi 6 janvier 2020

SPEEDKRITIK 1626 "Donbass" (2018) S. Lonznitsa


Il était temps de revenir à du vrai cinéma. Alors les bouffeurs de ptits fours de Télérama, du Monde et des Inrock pensent "qu'il aurait du...", "Oui mais...", "On aurait aimé..." Mais fermez la. C'est tout simplement plus que du cinéma. Tout comme E. Kusturica ou T. Gatlif, le mec réussit a nous plonger avec un humour grissant dans son pays détruit par la guerre comme si nous étions aux premières loges. Des décors incroyables, des acteurs avec des tronches, une énergie communicatives. Une grosse claque et encore je suis sur que par manque de connaissances plein de choses nous échappent. Mon rêve de monter un film comme ça. Pour une fois les bobos de la critique, faites bien votre boulot...Fermez la!





dimanche 5 janvier 2020

SPEEDKRITIK 1625 "Anna and the Apocalypse" (2019) J. McPhail



On colle à l'actualité avec une comédie musicale  zombies pas drôle, fauchée et les chansons pas terribles. Donc tout faux, seule la scène avec le bonhomme de neige est à sauver. Pourtant le BA était vraiment prometteuse.


vendredi 3 janvier 2020

SPEEKRITIK 1624 "Pet Sematary" (2019) K. Kölsch & D. Widmyer



Je ne me rappelle pas vraiment de l'original vu à sa sortie en 89;  si ce n'est l'horreur de la mort de l'enfant (et à l'époque je n'étais pas père) ... Ben là c'est pareil. Tout le reste on s'en fout et on l'oublie. La BA pourtant était prometteuse.


BONUS TRAILER 89

SPEEDKRITIK 1623 "Avengers: Ifinity War" (2018) A. & J. Russo


Ben on l'avait oublié au fond des chiottes celui-là. Donc petit rattrapage. Une grosse bouse encore plus ringarde et fauchée (créativement parlant bien sur) que sa suite "Avengers: End game (oui, on espère que c'est la fin_ SK1551). Du non cinéma, dommage que le claquement de doigt ne puisse pas servir à faire un bon film.


SPEEDKRITIK 1622 "Hostile" (2017) M. Turi



Un huit-clos dans une voiture accidentée au milieu d'un paysage post-apocalyptique Franco-belge avec une belle photo. Voilà tout est dit. On s'en fout complètement de l'héroïne, de son histoire d'amour et du monstre.


jeudi 2 janvier 2020

SPEEDKRITIK 1621 "Crawl" (2019) A. Aja



Allez on évacue les merdes au plus vite avec encore du trés mauvais. Les acteurs sont médiocres, le scénario traine en longueur et nous saoule avec le rapport père/fille et "cette fois tu vas la gagner ta médaille". Les attaques sont ridicules sur les héros. "Fuck" il m'a attrapé la jambe mais ça va ma fille"..."Fuck il m'a attrapé le bras mais ça va papa"...et pendant ce temps le chien aboie. Bon mater le vrai bon film passé sous silence pendant la promo de cette purge: "Rogue" (2007) de l'australien G. McLean, un des meilleurs films de grosse bébête qui mange de l'humain. Meilleur film de l'année pour mr Tarantino...Mais ferme  là.


Rogue trailer

SPEEDKRITIK 1620 "Spiderman: far som home" (2019) J. Watts



Ils ont tellement touché le fond avec tous les derniers films Marvel, qu'ils sont obligé de creuser pour faire encore pire. Donc N. Fury est black...Ok. Flash Thompson est Indien... mouais. MJ est métisse,... Ben voyons. Et Tante May une bombe de 30 piges... Mais  bien sur. ah , j'oubliais, Mysterio un geek qui fait croire aux illusions avec des drones. On ne parlera pas du P. Parker joué par une moule morte au soleil. Que de la merde quoi. Donc "Clown" (2014) et "Cop Car" (2015) sont des erreurs de jeunesse qu'il aurait du suivre. A éviter.


mercredi 1 janvier 2020

SPEEDKRITIK 1619 "Domino: La Guerre Silencieuse" (2019) B. De Palma



B. De Palma est en état de mort Cérébrale. Son dernier film en est la preuve. La vision enfantine et ridicule des terroristes islamiques, la photo, la direction artistique, les cadres, la musique pompeuse à la B. Herrmann tout le long meme quand le mec se paye un café, le jeu des acteurs, la fausse histoire d'amour, le denouement...Tout fait /est faux. Voila c'était la première méga-bouse 2020. Tout est dans lea BA. Aussi indigeste que les pizzas.


BONNE ANNEE 2020 à TOUS



Une petite illustration de ce que sont les films de super héros Marvel.
Plus d'1/2 million de vues.... Pas ma pour un blog sans pub; non?